bio D, silhouette down by law, porte sur l’épaule l’ombre d’une guitare à l’esprit contrarié : dans la démarche fin de journée, un quelque-chose de Ribot, ré-amorçant le souffle bleu des premiers âges, au sous-sol de l’oncle Tom, mais ne crachant pas sur un détour acidulé à l’étage, où Gilmour dé-concocte 2 avant-derniers doigts de lait noir. Inscrivant le geste dans l’absolu, au travers de projets solidement hétéroclites (ZEF, NousSommesDesChiens, Fabien Boeuf), ou par d’obliques percées plus personnelles (Habakük, Pommes Dauphine), en incises éléctriques souvent, acoustiques parfois (mandoline, bouzouki, oud), D va, silhouette down by law clope au bec, une ombre absolue sur l’épaule, jusqu’à la prochaine explosion scénique, histoire de ne pas en revenir indemne… David De Souza

bio

D, silhouette down by law, porte sur l’épaule l’ombre d’une guitare à l’esprit contrarié : dans la démarche fin de journée, un quelque-chose de Ribot, ré-amorçant le souffle bleu des premiers âges, au sous-sol de l’oncle Tom, mais ne crachant pas sur un détour acidulé à l’étage, où Gilmour dé-concocte 2 avant-derniers doigts de lait noir.

Inscrivant le geste dans l’absolu, au travers de projets solidement hétéroclites (ZEF, NousSommesDesChiens, Fabien Boeuf), ou par d’obliques percées plus personnelles (Habakük, Pommes Dauphine), en incises éléctriques souvent, acoustiques parfois (mandoline, bouzouki, oud), D va, silhouette down by law clope au bec, une ombre absolue sur l’épaule, jusqu’à la prochaine explosion scénique, histoire de ne pas en revenir indemne…

David De Souza